Permanences architecturales à l’école

De Wiki Faire Ecole

Construire ensemble l'école de demain[modifier | modifier le wikicode]

En soutien de la communauté éducative, la méthode des permanences architecturales se met au service des écoles.

Pour en savoir plus, vous pouvez regarder le webinaire inter-communautés du mercredi 1 juillet autour de :   « Construire Ensemble l’école de demain » : URL de la visioconférence (Mot de passe d’accès: 3o$5Z$rN) ou/et lire la prise de note de la visioconférence : lien vers le pad

Illustration école de demain légère .jpg

Les permanences architecturales[modifier | modifier le wikicode]

Définition[modifier | modifier le wikicode]

Derrière la terminologie de permanence architecturale se cache une pratique qui consiste à construire en habitant et habiter en construisant.

Cette pratique, à l’initiative de l’agence Construire portée par Patrick Bouchain et Loïc Julienne, est mobilisée depuis plus de vingt ans. Elle s’est développée au cours de travaux sur les équipements culturels (le Lieu Unique à Nantes, la Condition Publique à Roubaix, le Channel à Calais), puis est devenue manifeste à l’occasion du commissariat du Pavillon de la France à la Biennale d’architecture de Venise en 2006 avant de s’épanouir sur des projets d’habitat (à Tourcoing, à Boulogne sur Mer) et d’universités foraines (à Rennes, à Clermont-Ferrand, à Avignon et Bataille). Au point qu’elle a été reprise et réappropriée par d’autres dans un seul but : « ouvrir un espace de dialogue à tous les partenaires de l’acte de construire (maître d’ouvrage, utilisateurs, architectes, paysagistes, techniciens de la construction, entreprises, ouvriers...) au bénéficie de l’énergie de tous et qui est assumé par tous ». Finalement il n’est pas facile de définir la permanence architecturale qui se défend d’être un modèle, sans quoi on risquerait « de la réduire, de l’uniformiser, de la contenir dans des cadres qu’elle tente constamment de faire exploser ».

Ressources[modifier | modifier le wikicode]

Ecole Le Blé en herbe et l'intervention de la designer française matali crasset - Trébédan
Cour de récréation de l'école Jean Lurcat (Ile-Saint-Denis) rénové avec l'association ICI!
Atelier maquettes au Collège Lucie Aubrac à Clermont-Ferrand avec Make-it l'atelier maquettes et Charlotte Vuarchex
Je participe à la rénovation de mon école ! Cité du design / Ecole du Petit Coin, Saint-Etienne, Par : Agathe Chiron & Graphisme : Cathy Combarnou

Webinaire le 1er juillet 2020 à 19h[modifier | modifier le wikicode]

Au programme : une introduction à la permanence architecturale avec Nolwenn Guillou, directrice de l'école l’école « Le Blé en herbe » et trois architectes (Charlotte Vuarchex, Agathe Chiron, Céline Tcherkassky) et des retours expériences sur l'École Jean-Lurçat à l’Île-Saint-Denis et le Collège Stalingrad à Saint-Pierre-des-Corps .

Construire Ensemble l’école de demain avec des permanences architecturales[modifier | modifier le wikicode]

L'école de demain - permanence architecturale 01.jpg

En tant qu’architectes, designers spécialisé.es dans les démarches participatives, les problématiques sociales et l’animation de territoire, nous sommes un ensemble de professionnels qui nous questionnons sur l’aide et les appuis possibles que nous pouvons apporter dans cette situation sanitaire.

Très rapidement, la question des établissements scolaires vieillissants s’est posée. Alors, comment construire ou reconstruire ensemble l’école de demain? Les réformes pédagogiques se succèdent. Les budgets sont contraints. S’ajoutent les conditions sanitaires et les nouvelles réglementations. L’amélioration du cadre de travail et d’apprentissage est un sujet complexe. L’école est régie par deux mondes, celui de la communauté éducative et celui de la collectivité.

Pendant l’état d’urgence sanitaire, nous avons observé la mise en place des consignes qui ont été adaptées dans chaque lieu. Nous ne pouvons pas construire un modèle unique, car chaque modèle est contrarié par les usagers et l’architecture permettant ainsi de favoriser la diversité, essentielle à notre bien-être.

Grâce à FÉE nous avons pu regarder derrière les portes des écoles, fermées à tout public. Nous avons également pu écouter les enseignants sur leurs inquiétudes et leurs initiatives d’aménagements des salles de classe.

Pendant cette période, ce qui nous a intéressés, dans chaque établissement, c’est comment ses usagers, professeurs, personnels d’entretien, enfants, se sont-ils approprié ces espaces parfois anonymes ? Comment ont-ils habité l’école sous ces contraintes ? Comment ont-ils adapté leur classe à la réglementation sanitaire ?

La marge de manœuvre était si petite qu’il fallait pousser les murs…. Prendre de la distance (plutôt que de la distanciation), sortir dehors, inventer un nouveau rapport à l’espace pour enseigner Et puisque cette transformation est déjà là... pourquoi ne pas laisser la liberté aux élèves et aux professeurs de modifier et même de réparer l’école ?

L'école de demain - permanence architecturale 02.jpg

Tout ceci préfigure d’une façon de faire l’architecture que nous appelons “la permanence architecturale”. “La permanence architecturale”,mais qu’est-ce que c’est ?

Réparer l’école peut sembler un problème très compliqué, mais en même temps quand nous le vivons c’est tellement simple... changer une ampoule, rajouter un évier, installer une signalétique, fabriquer un meuble à roulettes. Mais pour que les gens construisent, se permettent de faire, il faut souvent quelqu’un qui accompagne et c’est là qu’entre en jeu les architectes et designers.

En tant que “permanence architecturale”, nous habitons les lieux et ici, car nous parlons d’établissements scolaires, nous nous passerons sur les bancs des classes, nous nous glisserons dans le corps enseignant, car nous ne pouvons faire une architecture sans savoir pour qui on la fait.

Nous rencontrerons les élèves, les enseignants, les techniciens et l’administration… Nous développerons une analyse globale de l’écosystème, du bâti aux pédagogies. Ces moments sont de véritables leviers pour résoudre efficacement les problèmes, améliorer le cadre scolaire et favoriser les apprentissages.

L’architecture n’est pas que réglementaire, fonctionnelle et hygiéniste. Plutôt que rajouter des normes sanitaires, nous pouvons profiter de ces changements pour “mieux vivre” dans les écoles. En tant qu’architectes et designers familier.es des contraintes de bâtir nous aurons une vision globale du projet à mener pour répondre à une réalité technique et financière.

Le rôle de la Fée est de maintenir un regard sur ce qui va se faire ou se fait, de le mettre en partage et d’en garder une trace. Elle ressence tout ce travail de dentelles pour qu’il soit réapproprié dans d’autres lieux de l’enfance : centre de loisirs, accueil périscolaire ALAÉ…

Les élèves ont le pouvoir d’agir sur leur environnement. Le processus, parce qu’il fait appel aux compétences de chacun et les valorise, conduit à l’appropriation sereine des lieux et des équipements, gage de leur pérennité et du bien — être de leurs usagers. Grâce aux outils de co-conception de projet, la rénovation se révèle un espace fécond d’enseignements concrets.

« Construire Ensemble l'école de demain ». L'idée est de travailler, par la permanence, à la transformation des établissements scolaires à travers l'expérience de l'enseignement de l'architecture. Et si pour répondre à nos inquiétudes et celle de nos enfants, nous donnions aux élèves et leurs enseignants le pouvoir de faire ? Et si on se permettait de faire confiance aux impulsions citoyennes pour aider à répondre aux problématiques notre époque ?

-

« Le Blé en herbe » au petit village de Trébédan[modifier | modifier le wikicode]

Ecole Le Blé en herbe et l'intervention de la designer française matali crasset - Trébédan

Réaménager et agrandir l’école « Le Blé en herbe » pour insuffler une nouvelle dynamique au petit village de Trébédan (Côtes-d’Armor), tel est l’objet de l’intervention de la designer française Matali Crasset.

Cette commande artistique a été initiée dans le cadre du programme Nouveaux commanditaires de la Fondation de France par Eternal Network, par un groupe de commanditaires désireux de "rendre visible et renforcer le rôle social et culturel de l’école" au sein de la communauté. Pour ce faire, Matali Crasset propose d’une part, de réaménager l’espace enseignant et d’autre part, d’ouvrir l’école au reste de la population, grâce à des espaces prévus pour un usage commun et des microarchitectures baptisées Extensions de générosité, situées dans et à proximité de l’école. Un projet éminemment innovant. Pour aller plus loin, vous pouvez aller voir le documentaire “Une idée folle” (de la vidéaste Judith Grumbach, 2017), avec le témoignages des villagois-es, de séniors.

Ecole Le Blé en herbe et l'intervention de la designer française matali crasset - Trébédan

ÉCOLE JEAN LURCAT à l’Île-Saint-Denis[modifier | modifier le wikicode]

Comment apaiser un climat scolaire tendu ? Comment profiter de la rénovation de l’école pour en faire un support pédagogique actif?

L’Association ICI! (architectes de quartier) mène une permanence architecturale dans le quartier sud de L’Île-Saint-Denis pour fédérer autour du projet de rénovation urbaine à venir. Quand les permanents frappent à la porte de l’école primaire Jean Lurçat pour proposer une participation à la fête des lumières, la nouvelle équipe pédagogique planche sur les moyens à mettre en place pour apaiser le climat  scolaire et lutter contre le décrochage.

Ensemble, ils créent le dispositifs «Rénove ton école» en faisant du futur chantier de rénovation, une opportunité pédagogique.

Les objectifs sont clairs : recréer un climat de confiance, aborder les savoirs de manière pratique, faire un projet collectif, préparer et inclure les élèves dans le chantier de leur école qui démarre l’année suivante.Très vite, professeurs et élèves s’autorisent à modifier leurs cadres d’apprentissages, de la méthode aux lieux. Partant d’une urgence pédagogique, cette expérimentation révèle l'attachement des professeurs et des enfants aux lieux, et particulièrement à ceux qu’ils conçoivent.

Elle questionne les métiers de l’école et la nécessité d’accompagner sur un temps long l’art d’«habiter» son cadre de vie.

Atelier à l'école Jean Lurcat (Ile-Saint-Denis) rénové avec l'association ICI!
Les élèves de Jean Lurcat (Ile-Saint-Denis) découvrent les différents matériaux avec l'association ICI!

Plus d'information en cliquant sur ce lien

COLLÈGE STALINGRAD à Saint-Pierre-des-Corps[modifier | modifier le wikicode]

Quelles extensions de préau et de garage à vélos pour la rentrée prochaine ?

Au collège Stalingrad à Saint-Pierre-des-Corps, un préau sombre et sous-dimensionné ne peut plus contenir le nombre croissant d’élèves. Une réflexion plus large est menée sur les flux et les espaces de détentes.

180 élèves prennent part aux 120h d’ateliers ; ils analysent au peigne fin les usages actuels sur les 2 300m2 du collège. Tout y est observé et remis en question.De ce travail naît un plan guide qui liste les points de travaux à réaliser, les présente en sous-ensembles cohérents et les programme par ordre de priorité des usagers.

La première phase actée par le conseil départemental concerne le déplacement et la création d'un nouveau garage à vélo le long de la façade de l'établissement. Ainsi les élèves récupèrent 120m2 de cour, 50% de surface de préau supplémentaire et les flux piétons/cyclistes sont simplifiés. Vient ensuite la création d'une nouvelle bibliothèque directement accessible depuis la cour de récréation. Ce lieu est repensé pour et par les élèves, le mobilier est dessiné sur mesure. Depuis son ouverture la fréquentation du CDI est multipliée par 4.

Garage à vélo du COLLÈGE STALINGRAD à Saint-Pierre-des-Corps par Agathe Chiron
CDI du COLLÈGE STALINGRAD à Saint-Pierre-des-Corps par Agathe Chiron