Rythmologies

De Wiki Faire Ecole
Visuel rythmologies.jpg

Rejoindre le groupe facebook Rythmologies

A propos[modifier | modifier le wikicode]

Les individus, les territoires et les organisations à la recherche de nouveaux rythmes.

Face aux mutations accélérées de nos temps, de nos espaces et modes de vie, on doit imaginer d’autres manières d’observer, de représenter et d’analyser les mondes en mouvement, et chercher à construire d’autres formes d’intelligence collective, d’organisations et de coopérations pour « habiter » au sens d’Eric Dardel (1952), c’est-à-dire définir « un mode de connaissance du monde et un type de relations affectives loin d’une approche abstraite ou technocratique de l’espace ».

La proposition s’inscrit dans une approche « indisciplinaire » (Citton, 2012), entrelacement de savoirs, théories, méthodologies et pratiques qui ouvre le champ des possibles en termes de lecture, de représentation, d’interprétation et d’expérimentations loin des certitudes de la modernité. Elle s’intègre dans une « prospective du présent » (Heurgon, 2008) et comporte des dimensions critiques, réflexives et apprenantes (Senge, 1990 ; Gwiazdzinski, Drevon, 2018).

Le projet explore la notion de « rythme » comme grille de lecture des mondes contemporains, mode de représentation et de transformation actif par la pratique, voire comme nouveau paradigme (Michon, 2013). Le concept de « rythme » au sens de « rhythmos », ne se limite pas à la définition platonicienne « d’ordre du mouvement » mais s’élargit à « manière de fluer » (Benveniste, 1974), « configurations particulières du mouvant », une sorte de forme de l’instant qui n’aurait pas de conception organique, un arrangement. Il ouvre à l’éprouver, à l’expérience, aux sens, à la présence, à la « corporéité » (Hoyaux, 2010) et à « l’exister » « avoir sa tenue hors de soi, dans l’ouverture » (Maldiney, 2007). Il permet d’aborder nombre de mobilisations politiques, d’expériences ou de performances artistiques en termes de « communautés d’expérience » (Dewey, 1980) et de « politique de l’événement, un désir d’agir avec les autres pour ouvrir le champ du possible et interrompre la répétition immuable du temps et de la servitude » (Dollé, 2005).

Le rythme est tout à la fois rythme des corps, du langage, du social et du territoire, soit autant d’éléments à articuler et à redéfinir. C’est un enjeu de « chronopolitique » (Inneraty, 2008) qui renvoie aux interrogations sur le « bien vivre » et la recherche d’un équilibre entre « ralentissement » (Sansot, 2000) et « accélération » (Williams, Srineck, 2014), « continuité » (Gwiazdzinski, 2003) et « discontinuité », entre « planification » et « improvisation » (Soubeyran, 2015), ordre et désordre,  « aventure » (Jankelevitch, 2017) et « habitude », « saturation » (Antonioli et al., 2020) et « désaturation ». La notion permet d’explorer les risques de saturation (Gwiazdzinski, 2018) et de réfléchir à « l’eurythmie », « beauté harmonieuse résultant d'un agencement heureux et équilibré, de lignes, de formes, de gestes ou de sons ».

La crise sanitaire de la COVID-19 et les mesures de confinement et de distanciation mises en place offrent l’occasion d’une relecture de la notion de rythme à l’épreuve du virus et vice-versa.

Laboratoires associés[modifier | modifier le wikicode]

Agenda[modifier | modifier le wikicode]

Les séances du séminaire Rythmologies permettent chaque mois d'accueillir une conférence d'un membre de l'axe ou d'un invité exterieur (chercheurs et professionnels de différents horizons et disciplines) qui viennent ici présenter leurs travaux sur la question du rythme et de la temporalité. Chaque conférence, ouverte à tous, est suivie d'un temps d'échange.

  • 23/06/2020 : Pascal Michon "Pourquoi la rythmologie ?" [Texte de l'intervention disponible sur le site Rhuthmos)
  • 08/12/2020 : Olivier Soubeyran, Géographe, "Rythmes et improvisation"
  • 12/01/2021 : Jacques Verron, Océanographe, "Les rythmes de l’océan"
  • 09/02/2021 : Chris Younès, Philosophe, "Rythmes et synergies"
  • 09/03/2021 : Aysegül Cankat, Architecte, "Diversité des rythmes dans la ville informelle"
  • 06/04/2021 : Luc Gwiazdzinski, Géographe, "Urbanisme des rythmes et géographie situationelle"
  • 18/05/2021 : Yves Citton, Théoricien de la littérature, "Axiomes de survie pour une rythmanalyse politique"
  • 08/06/2021 : Sylvain Bigot, Géographe, climatologue, "Cycles et rythmes climatiques : les pulsations des écosystèmes"
  • 06/07/2021 : Christian Graff, Biologiste du comportement, "Des rythmes aléatoires"

Ressources[modifier | modifier le wikicode]

  • MANIFESTE POUR UNE POLITIQUE DES RYTHMES
  • Antonioli M., Drevon G., Gwiazdzinski L., Pattaroni L., 2020, Saturations. Individus, collectifs, organisations et territoires à l’épreuve, Elya.
  • Benveniste, E. 1974. Problèmes de linguistique générale, Paris : Gallimard, 334 p.
  • Citton Y., 2012, “Indiscipline littéraire et textes possibles entre présomption et sollicitude” in Marc Escola (dir.), Théorie des textes possibles, Amsterdam, Rodopi (n° 57 de la revue CRIN), pp. 215-229.
  • Dardel E., 1952, L’Homme et la Terre : nature de la réalité géographique, Paris, Editions du CTHS.
  • Dewey J., 1980, Art as experience, New York, Penguin.
  • Dollé J.P., 2005, Le territoire du rien ou la révolution patrimonialiste, Paris, Leo Sheer.
  • Gwiazdzinski L., Drevon G., 2018, « Territoires apprenants, la pédagogie à l’épreuve du terrain », Diversité n°191, janvier-avril 2018.
  • Gwiazdzinski L., 2003, La ville 24h/24, La Tour d’Aigues, L’Aube.
  • Heurgon E., 2008, « Pour une intelligence collective urbaine qui fait communiquer plusieurs mondes. La prospective du présent, ses relations avec l'expertise et la recherche », Annales de la recherche urbaine, Année 2008, pp.129-137.
  • Inneraty D., 2008, Le futur et ses ennemis, Climats.
  • Jankelevitch V., 2017, L’aventure, l’ennui, le sérieux, Paris, Flammarion.
  • Maldiney H., 2007, « La rencontre et le lieu », in Chris Younes. (Dir.), Henri Maldiney. Philosophie, art et existence. Paris, Cerf.
  • Michon P., 2013, « Rythme, rythmanalyse, rythmologie : un essai d’état des lieux  », Rhuthmos, 9 janvier 2013 [en ligne, ]. http://rhuthmos.eu/spip.php?article644 [consulté le 5/11/2020].
  • Sansot P., 2000, Du bon usage de la lenteur, Paris, Payot.
  • Senge P., 1990, La Cinquième discipline, l'art et la manière des organisations qui apprennent, First Editions.
  • Soubeyran O., 2015, Pensée aménagiste et improvisation, Paris, Editions des archives contemporaines.
  • Williams A., Srineck N., 2014, « Manifeste accélérationniste », Multitudes, no 56, p. 23‑35.